Portsal - Émile Souvestre

Côtoyez le rivage en gagnant Portsal. Quelle vue d’Océan ! comme elle est belle cette couronne neigeuse de brisants qui cercle l’horizon ! C’est debout sur la pointe du Guiliguy, appuyé à un dolmen, et les yeux fixés sur la mer, qu’il faut aller méditer quand la vie étroite du monde vous blesse ; c’est là que l’âme s’élève, que l’esprit s’agrandit, que les blessures du cœur se cicatrisent. On devient fort à cet air de l’Océan qui vous coule dans la poitrine ; on se sent retrempé et vivace. La société paraît si petite en face de cette eau et de ce ciel !

 Émile Souvestre. Le Finistère en 1836.